Mai 2020
Dans le cadre du festival Oh les beaux jours !

La nuit mamelouke
Pratiques nocturnes et contrôle social dans les villes du Proche-Orient médiéval

Mathieu Eychenne
Historien (Université de Paris)

Au cours du Moyen Âge, les rues et les marchés des villes d’Égypte et de Syrie étaient fréquentés tout au long de la soirée et pendant une grande partie de la nuit. Commerces, divertissements et circulations contribuaient ainsi à prolonger le jour et à faire de l’espace public un lieu de sociabilité nocturne. Cependant, pensée en négatif du jour et souvent associée au danger et à la peur, la nuit était l’objet de représentations propres, de pratiques collectives voire de fantasmes que les sources narratives et littéraires, rédigées en arabe ou en langues européennes, se plaisent à dépeindre. Or, la nuit, les villes du Proche-Orient médiéval, surveillées et contrôlées, étaient loin d’être abandonnées par les autorités. En certains occasions, le pouvoir politique et les autorités religieuses investissaient même la ville lors de célébrations nocturnes qui, souvent, prenaient la forme de fêtes populaires, véritables exutoires pour les populations. Envisagée comme un objet d’histoire sociale, la nuit, à travers l’étude de ses pratiques et de ses représentations, permet donc d’éclairer nombre d’aspects encore méconnus de la vie quotidienne des villes du Proche-Orient médiéval.

Parcours
Mathieu Eychenne

Membre fondateur du Collège de Méditerranée, historien et arabisant, spécialiste du Proche-Orient médiéval, Mathieu Eychenne est maître de conférences à l'Université Paris Diderot. Docteur en histoire (Aix-Marseille Université, 2007), sa thèse a été publiée sous le titre Liens personnels, clientélisme et réseaux de pouvoir dans le sultanat mamelouk (Presses de l'Ifpo, 2013). Il a été chercheur à l’Institut français du Proche-Orient, à Damas puis à Beyrouth, de 2008 à 2013. Ses travaux actuels portent sur l’histoire sociale et économique des villes et des campagnes de la Syrie médiévale, et notamment sur la ville de Damas aux XIIIe-XVIe siècles. Entre autres publications, il a récemment publié avec Astrid Meier et Élodie Vigouroux Le waqf de la mosquée des Omeyyades de Damas. Le manuscrit ottoman d’un inventaire mamelouk établi en 816/1413 (Beyrouth-Damas, Presses de l'Ifpo, 2018).