25 avril 2019 • 19H
Le Gyptis Cinéma

La société civile et les migrations en Tunisie depuis 2011

Riadh Ben Khalifa
Université de Tunis

La chute de la dictature de Ben Ali en 2011 a permis aux organisations de la société civile de se multiplier et d’accroître leurs compétences. Parmi les sujets dont elles se saisissent figure la question migratoire, en raison de la politique sécuritaire imposée par l’Union européenne et sa volonté de poursuivre le processus d’externalisation de ses frontières, de l’accélération des flux migratoires depuis et vers la Tunisie suite à la crise libyenne et à la mutation des filières de migration, mais aussi de la nécessité de renforcer l’arsenal législatif pour lutter contre le racisme et la traite des personnes. La société civile a pris conscience que la défense des droits des émigrés tunisiens nécessite une certaine cohérence, en l’occurrence la défense des droits des étrangers vivant en Tunisie. Le renforcement de l’édifice démocratique nécessite aujourd’hui une intériorisation des droits des migrants.

Parcours
Riadh Ben Khalifa

Riadh Ben Khalifa est historien, maître-assistant à l’Université de Tunis (Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis). Il est également  membre du laboratoire Histoire des Économies et des Sociétés Méditerranéennes, chercheur associé à l’URMIS-Nice et membre du Conseil pour le développement de la Recherche en Sciences Sociales (Codesria). Depuis 2017, il est rédacteur en chef de la série « Sciences humaines et sociales » des Cahiers de Tunisie, revue fondée en 1953.
DR